Navigation Menu+

Blog Flânerie

Une histoire sans paroles.

Le 12 Août 2019 Bouilland Une douce journée s’annonce malgré un temps mitigé. Ce n’est guère important. Je ressens une agréable fraîcheur de bienvenue. C’est le début des vignes...

lire la suite

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan.

J’aime dans la nature l’harmonie apparente du fouillis.

lire la suite

Des écosystèmes bien perturbés.

Le 11 Août 2019 Chevannes. Une bonne nuit. Je me réveille bien reposé. J’ai dormi neuf heures d’une traite. Je ne sais pas ce qui m’est arrivé la veille. Un drôle de phénomène...

lire la suite

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan.

Ce n’est pas parce que les choses sont légères à porter qu’elles ne sont pas lourdes à supporter.

lire la suite

La dichotomie de deux états d’âme.

Le 10 Août 2019 Chamboeuf. Une bonne marche décontractée, aucune séquelle dans nos organismes malgré le manque de sommeil de notre nuit si perturbée. Nous étions très enjoués....

lire la suite

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan.

La complainte du trou du cul : « Lorsque le camembert sent du cul, le cul pue de la gueule ».

lire la suite

Les pleutres ont peur pour leurs fémurs.

Le 09 Août 2019 Velars-sur-Ouche. Au réveil, j’étais en pleine forme. Je commençais à bâter Cabotte lorsqu’est arrivé Claude avec un thermos de café, des fruits secs, un jus...

lire la suite

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan.

L’ambiguïté des hommes, entre eux, rend la communication aléatoire et spéculative.

lire la suite

Une journée bien remplie.

Le 08 Août 2019 Darois. Le village de Darois ne possède pas de bourg classique : église, mairie, école, etc. J’ai eu un mal fou à m’orienter dans ces rues larges, sans surprises...

lire la suite

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan

Un poète subtil qui n’avait rien à dire donc à écrire, emballait sous vide deux mots extensibles entre deux lignes volubiles ; l’ensemble réuni dans un recueil d’au moins dix pages volantes dites libres.

lire la suite