Navigation Menu+

Blog Flânerie

au détour d’un virage

Posted by on 16 h 01 min in Blog Flânerie | 0 comments

Le 5 mars
Du côté
de Saint-Christaud.

Cabotte et moi.étions tranquillement en train de marcher lorsqu’une voiture venant en sens inverse s’arrête au beau milieu de la route. Une Jeune femme en sort et enclenche aussitôt la discussion. Elle s’adressait bien sûr à Cabotte.
– Il est beau cet âne.
– Pardon c’est une ânesse. Mlle Cabotte avec deux t bien sûr.
Etc.

Cabotte avait les honneurs de cette rencontre.
Nous étions à la sortie d’un virage. J’avais peur qu’une voiture nous rentre dedans. Cette dame visiblement ne craignait pas l’accident.
Elle m’indique que l’on était à dix minutes de chez elle et que nous pouvions y passer la nuit. Elle avait des chevaux et des ânes. Elle est boulangère et sortait du travail. Une aubaine. Encore une.
Ce soir là j’ai dormi dans une grange immense ouverte à tous les vents, sous le toit, sur un tapis épais de foin très parfumé et chaud. Une bonne nuit pour une première. Le foin est plus confortable que la paille. Celle-ci pique et gratte à tous les étages.

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan

Posted by on 21 h 23 min in Blog Flânerie | 0 comments

Pensée du jour

L’orchestration volontaire d’une amnésie collective aide à mieux vivre ceux qui ne veulent admettre la réalité telle qu’elle se présente aux yeux de tous.

Une mise en train tranquille pour une étape courte.

Posted by on 21 h 21 min in Blog Flânerie | 0 comments

Le 03 Mars

Je voulais être rassuré sur la direction que j’avais prise. J’avais un doute. Je vois une belle petite maison avenante avec un corps de ferme attenant. Cabotte comme à son habitude se fait repérer. “Comme elle est belle, elle n’est pas trop lourde sa charge, ils sont ferrés les sabots, un âne est têtu”, “pardon une ânesse” et tout le tralala qui va avec. Il y en a que pour elle. Moi je suis le pauvre type qui l’oblige à avancer alors qu’elle se contenterait de brouter jour et nuit. Je suis ce qu’on appelle le maltraitant. Foutaise.
Très rapidement, je sympathise avec le couple. Ils déjeunent tous ensemble. Ils ont deux enfants. Un garçon “N” et une fille “M”. Celle-ci est sur un fauteuil roulant. Sa mère m’apprend un peu plus tard qu’elle a une leucémie et qu’elle subit des traitements très forts de chimiothérapie pour enrayer la maladie. Actuellement, elle semble en bonne voie de guérison.
“M” s’acoquine avec Cabotte. Cabotte s’intéresse à “M”.
Je décide de proposer une balade à dos d’âne pour la fillette qui accepte joyeusement. Nous voilà partis avec la famille sous un beau soleil. “M” est enjouée.
“M” je voudrais te dire que tu as du courage. Même si parfois dans ton regard quelques nuages s’attardent. J’ai apprécié le sourire que tu avais sur Cabotte. Je sais, ce n’est pas facile tous les jours pour toi. Tu as déjà la force des personnes qui luttent en permanence pour se maintenir debout. Et ça laisse des traces d’abnégation. Tiens bon.
Bon courage à Toi.
Bon courage à tes parents.
Ne te fâche pas trop avec ton frère.
Merci à vous tous pour le bon accueil que vous m’avez réservé.

 

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan

Posted by on 20 h 52 min in Blog Flânerie | 0 comments

Pensée du jour:

L’argent rend fou et dépressif le pire des fauchés
et
Cruel et habile le plus ambitieux des riches.

 

un village surprenant

Posted by on 20 h 51 min in Blog Flânerie | 0 comments

Cabotte et moi avons eu le même ressenti à Castelnau Rivière Basse qui, comme son nom ne semble pas l’indiquer, se trouve au sommet d’un colline!
Nous tournons comme des abrutis dans les rues à la recherche d’un lieu pour brouter et pour planter la tente. Pas un chat. Nous sommes samedi 02 Mars vers 16H00. Seules quelques voitures sont garées en bordure de trottoir. On pourrait penser que les habitants sont partis. Mais pour aller où ? Pas un bruit non plus. Rien ne semble bouger à l’intérieur des maisons. Pas une âme à notre portée. Ce village est inquiétant. La possibilité de trouver un lieu pour la nuit devient un réel souci.
J’aperçois un panneau gendarmerie. Une gendarmerie ! Ce n’est pas possible. Pourquoi faire ? Il n’y a personne. Je n’y crois pas. Nous nous y dirigeons dans l’espoir d’avoir des renseignements sur ce village fantôme.
J’appuie sur l’interphone de la gendarmerie. Après un long moment d’attente, une voix lente d’outre-tombe me répond.
– Ici la gendarmerie de Tarbes.
– Tarbes ?
– Oui de Tarbes ? À Castelnau Rivière Basse il y a juste une permanence. Moi je suis à Tarbes. Le samedi il n’y a personne. Que puis-je pour vous ?
– Je ne trouve justement personne pour me renseigner. Pas un habitant en vue. Je cherche un endroit où me poser pour la nuit. Il est à peine 16H00 et pas un chat à la fenêtre.
– Je ne peux rien pour vous.
– Merci.
Réponse laconique et sans perspectives.
Alors que nous retournions nulle part, un jeune homme nous approche et sans raison me tend 10 euros. Je refuse. Je ne fais pas la manche. Parais-je si misérable ? Il insiste jusqu’à mon agacement. Que me veut-il ? Ça craint ce pays. Avançant toujours avec le jeune homme aux trousses, je m’adresse à mon sauveur. Il déchargeait sa voiture. Je lui explique ma demande rapidement en espérant que le jeune homme parte. Ce dernier était très collant. Il s’intéressa alors à Cabotte qui, elle, s’en foutait. J’ai fini par prendre les 10 euros du jeune homme. Il insistait trop. « C’est bien ce que vous faites, c’est bien, etc. ». Il n’arrêtait pas. Je me demandais s’il n’était pas un brin simplet voire pire.
Mon sauveur était le président des fêtes de Castelnau Rivière Basse. Il organisait pour le soir même une fête gesticulée pour les jeunes (style de musique non précisé ou inconnu à mes yeux !). Me voyant dans l’embarras, il me dit de planter ma tente dans son jardin. Celui-ci étant assez grand pour faire brouter Cabotte. Nous avons cohabité sans difficultés.
J’ai ensuite intégrer le comité des fêtes. Ils m’ont invité à manger avec eux. Bon repas, bonne ambiance et bonne bouteille de Madiran. Moi qui croyais que le Madiran était de la piquette. Quelle ne fut pas ma surprise. Pas une aigreur d’estomac ni de tête lourde. D’ailleurs mon voisin de table, un employé d’un vignoble très côté, dont je ne me souviens plus du nom, défendait son vin avec ferveur. Il aimait son dur métier. Il alla me chercher une bouteille pour le voyage. Les femmes du comité, très dissertes et alertes, me firent un généreux sandwich constitué de tranches de rosbif et de porc aillé. J’en ai eu pour deux jours. Un délice inespéré.

Mon parcours prévisionnel de la semaine 3

Posted by on 9 h 05 min in Blog Flânerie | 0 comments

Du 11 Mars au 17 Mars 2019

AUCH / MONTEGUT / MOULIN / L’ISLE-ARNE / GIMONT 

MONFERRAN SAVÈS / L’ISLE JOURDAIN / PIBRAC

chaud au coeur

Posted by on 14 h 38 min in Blog Flânerie | 0 comments

Afficher l’image source

Vendredi dernier, j’ai été très chaleureusement accueilli dans une famille de restaurateurs à Diusse. Il est vrai que Cabotte facilite les contacts avec les gens. Il me suffit ensuite de prendre le relais pour engager une discussion. Dans cette famille l’accroche fut instantanée et leur proposition de me loger chez eux coula de source. C’était incroyable de spontanéité et de sincérité. Il y a de quoi se réconcilier avec les humains.

(Diusse est située dans le département des Pyrénées-Atlantiques à l’extrême nord-est du département, à l’est de Garlin. La commune est limitrophe du département du Gers.)

les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan

Posted by on 13 h 47 min in Blog Flânerie | 0 comments

La pensée du jour:

« C’est effrayant ce que l’on peut être effrayé par le moindre frémissement d’un éventuel changement »

 

Rien à signaler d’intéressant. La routine presque. Je me suis retrouvé avec un compagnon dans un pré. Une espèce de fou furieux, une sorte de « poney de poche » tout de blanc vêtu qui faisait des bonds de cabri. Etonnant comme accueil. Je n’en demandais pas tant. Je sais que je suis une star mais à ce point ! Cela dit, il y avait du bon foin à manger et j’ai apprécié.

 

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan

Posted by on 17 h 07 min in Blog Flânerie | 0 comments

Pensée du jour.
« Les journalistes ont un tel pouvoir qu’ils feignent l’ignorer pour se donner bonne conscience »

mon parcours de la semaine 2: du 4 au 10 Mars 2019

Posted by on 17 h 00 min in Blog Flânerie | 0 comments

CASTELNEAU RIVIERE-BASSE
CAYRON
ST CHRISTAUD /  MONTESQUIOU / Chemin d’Arles / L’ISLE-DE-NOE
BARRAN / AUCH