Navigation Menu+

Blog Flânerie

Sur le chemin

Posted by on 16 h 46 min in Blog Flânerie | 0 comments

Très bon accueil à Garlin. La mairie m’a trouvé pour moi tout seul un appartement F4 fraichement rénové. Dommage qu’il se trouvait au premier étage, Cabotte aurait pu y avoir elle aussi un brin d’intimité. Mais elle était bien dans son jardin au pied de plusieurs appartements. Il y avait des Pissenlits en abondance et de ridicules pâquerettes à brouter. Juste pour l’entrée. Elle s’en est mise plein les naseaux et la panse.

Lui-même sait-il où il va ?

Posted by on 16 h 29 min in Blog Flânerie | 0 comments

Je me sens en pleine forme. Je suis mon Maître. Celui-ci n’est guère bavard sur la destination. J’espère qu’il y aura une fin. Un jour peut-être. Lui-même sait-il où il va ? Il cherche trop son chemin à mon goût. Il manque d’assurance. Lorsque se présente un carrefour, ou une insignifiante fourche, il s’arrête et consulte sa carte I G N pour enfin repartir. Je ne sais pas où je vais mais j’y vais.

Où me trouver?

Posted by on 23 h 55 min in Blog Flânerie | 0 comments

Chaque semaine je vous redonnerai les lieux de mon passage
Si vous êtes intéressé par mon périple, ou connaissez quelqu’un qui pourrait l’être, ou encore si vous avez la possibilité d’organiser une lecture lors de mon passage dans votre ville ou village, contactez-moi par Messenger sur ma page Facebook (Jean-François Pascal) ou par mail : j-fpascal@wanadoo.fr.

Cette fin de semaine je me dirige vers Castelnau Rivière Basse, commune située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie. Elle se trouve dans le Pays du Val d’Adour.

 

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan

Posted by on 23 h 09 min in Blog Flânerie | 0 comments

 

Mon Maître vagabond m’a fait bien comprendre que l’on était parti pour un bon moment. Je ne cherche plus à traîner des sabots. Je m’en amusais de temps en temps juste pour le tester et savoir jusqu’où je pouvais aller. Connaître ses limites. C’est de bonne guerre. J’ai compris que cela ne servait à rien. Alors sereinement je collabore tout en restant vigilante. En réalité, je n’ai pas grand-chose à lui reprocher. Il est précautionneux au quotidien. S’intéresse à mes petits bobos. Je dois dire que je ne suis pas insensible à tant d’attention. C’est super dans cette histoire j’ai le sentiment d’être utile ! Je crois que je commence à m’habituer à sa présence. Mais je reste prudente. C’est un acte de sagesse. Les humains sont tellement versatiles et imprévisibles. Je demeure sur mes gardes.
« Tu ne donneras le meilleur de toi que si en contrepartie tu reçois amour et reconnaissance ». Principe philosophique des ânes maltraités.

Une soirée inoubliable

Posted by on 22 h 56 min in Blog Flânerie | 0 comments

J’ai eu ma première lecture à la médiathèque de Geaune mardi soir. J’en remercie grandement son
organisatrice.
J’étais confiant sans l’être vraiment. Un peu nerveux par moment. Cette première lecture m’a permis
de savoir si mes textes avaient une réelle valeur. Un impact sur le public.
C’est pour moi un véritable défi. Que puis-je apporter de plus ? Peut-être le style et la manière.
Le style étant révélateur de la personnalité de l’auteur.
Ce qui n’est pas toujours facile devant un public.
J’ai eu de bons retours. Très encourageant pour moi. Je vais y prendre goût. Sans fausse modestie.

Merci encore à vous tous pour votre générosité.

Merci aussi à mes logeurs d’une nuit qui nous facilitent notre chemin, Cabotte et moi.

Enfin le départ

Posted by on 20 h 05 min in Blog Flânerie | 0 comments

La pensée du jour.
Un chien écrasé ne craint pas l’ombre de son maître.

Les humeurs vagabondes de Cabotte.
C’est bizarre mais mon Maître vénéré est un peu nerveux et dispersé. Il ne cesse de me mettre et démettre et remettre mon bât sans grande logique. Rien ne va comme il le souhaite. Une horreur. De plus il me pose cinquante kilos de bordel sur le dos. Un vrai massacre. Le chargement mal équilibré me tord l’échine. Qu’est-ce qu’il veut faire ? Quelle lubie a-t-il en tête ? Ca sent le roussi. Que va-t-il m’arriver en ce jour ?
J’ai essayé de traîner un peu juste pour lui montrer que je n’étais pas d’accord de faire tant de kilomètres en une journée. Rien à faire il ne cessait de me titiller pour que j’avance. « Avance, avance » il n’a que ce mot à la bouche. C’est dingue il me prend pour un sherpa. Et pourquoi pas son esclave. Mes aïeux ont assez souffert depuis la nuit des temps. Vous ne croyez pas ?
Ce soir je ne vais pas revoir mes compagnons de pré entre autres la chèvre Lilou ma copine et Pomponette la caractérielle. Mais l’herbe est haute et bonne dans le champ où mon maître vénéré m’a parquée pour la nuit. Je n’ai pas tout perdu. Demain est un autre jour. Un nouveau jour. Je verrai si le ciel m’est tombé sur la tête ou pas.

Mes propos.
Les premiers pas sont toujours difficiles. J’ai hâte de quitter le village. Ne plus voir le clocher est mon obsession. Si je reste trop longtemps j’aurai un mal fou à quitter les personnes qui me sont chères. J’ai pris conscience de cela en un grand et encombrant moment d’émotion.
Je ne pars pas je cours, je ne cours pas, je vole… Même Cabotte m’emboîte le pas avec détermination. Il faut quitter les gens pour se rendre compte qu’on les aime. C’est idiot mais c’est comme ça.
J’ai été très bien accueilli par les deux employés communaux aux espaces verts de Coudures. J’ai eu droit à une bonne douche, un poulet-purée préparé par Adrien ainsi qu’à son lit de camp qu’il se réserve habituellement pour sa sieste quotidienne. Un bon café matinal pour démarrer le 2ème jour… Que demande le peuple !

Entrainement

Posted by on 12 h 35 min in Blog Flânerie | 0 comments

Entraînement en conditions réelles avec le poids

L’entraînement, c’est presque réussir

 

Mes propos

Posted by on 18 h 52 min in Blog Flânerie | 0 comments

Enfin! dans quelques jours le départ. Un départ de plus dans mon histoire. Et quelle histoire ! Ce jour tant attendu arrive et je me pose des questions bizarres et perturbantes. Pourquoi partir dans de telles conditions d’inconfort ? Est-ce une fuite ? Qu’est-ce qui me pousse à aller affronter l’aléatoire et l’imprévu ? N’aurais-je pas de poussées narcissiques ? Qu’est-ce que je recherche exactement ? En voilà un flot de questions sans véritables réponses. C’est bien ainsi.
Le doute se pointe comme une ombre pour me faire capituler ou plus modestement réfléchir. Mais le doute m’est nécessaire, il me remet les neurones bien en place et j’en reviens au cœur du sujet. Je pars car c’est nécessaire. Je pars à la rencontre des lieux et des personnes. Partir dans ces conditions relève du bonheur à prendre là où il se trouve. Et pour cela il suffit de le vouloir en ayant des attitudes engageantes et curieuses…