Navigation Menu+

Une maison très accueillante.

Le 06 Juin 2019 Chanaz.

Nous avons descendu les gorges de la Balme. Une route très fréquentée, sinueuse et étroite. Donc dangereuse.

L’expérience nous a beaucoup servis. Cabotte s’est bien tenue très proche de moi. Elle n’a pas fait un seul écart.
– J’en ai marre. Il est temps que ça s’arrête, m’a-t-elle dit.
– Encore quelques virages et c’est la fin de nos tracas.

Chanaz est un village magnifique très fréquenté par les touristes. Je souhaite m’arrêter dans le coin. Je demande à des gens de m’informer des éventuels endroits possibles. Ils restaient évasifs à ma demande. Certains mêmes ne me répondaient pas. Ils fuyaient d’une certaine manière. C’était la première fois que cela nous arrivait. Je commence à me dire que les lieux touristiques ne sont pas faits pour nous. Trop propres sur eux et guindés dans leur manière d’être. En gros pas ouverts aux autres. Cabotte et moi sommes des errants sans avenir… Alors que je quittais le village pour aller un peu plus loin, une dame vint vers nous en courant. Elle connaissait un couple qui recevait des gens chez eux. « Je vais aller voir s’il y a une possibilité pour vous et l’ânesse. » La voilà qui prend sa voiture et me demande de l’attendre. Elle revient et me fait signe que c’est bon. Ensuite elle m’indique le chemin. C’est sur les hauteurs de Chanaz.

Je suis accueilli par une femme très avenante. Je trouve une place pour Cabotte loin des fleurs du jardin. Les fleurs elle adore et ne les épargne pas. En une secousse déjà une touffe de fleurs en bouche. Un plaisir en plus pour elle. La gourmandise de Cabotte peut nous apporter des ennuis. Nous sommes chez les autres. Chaque plante dans un jardin a une histoire avec son propriétaire. Même s’il nous dit que ce n’est pas grave lorsqu’on en abîme une. C’est rarement et totalement vrai. Ce n’est qu’une plante, elle repoussera, disent-ils. Mais quand même on s’y attache. C’est compréhensible. Demandez aux jardiniers quand ils coupent par inadvertance des fleurs ou des arbustes les drames qu’ils provoquent.

Le soir je mange avec eux. Nous discutons beaucoup. Cette famille fait de l’accueil Jacquaire (une branche de saint jacques de Compostelle). Elle offre aux pèlerins le gîte et le couvert sans qu’aucune rémunération ne leur soit demandée. On donne ce que l’on veut.
J’apprends qu’il a eu il y a quelques années un accident de circulation. Il a eu des séquelles neurologiques importantes et handicapantes au niveau de la gestion du quotidien. Ce syndrome (je ne me souviens pas du nom) affecte durablement la mémoire. Il possède sa mémoire antérieure à l’accident mais ne peut enregistrer la mémoire présente, à l’instant même. C’est assez complexe à expliquer. Il fait des efforts constants pour assumer les gestes les plus bénins lorsque ceux-ci lui demandent une cohésion globale. De plus il a des douleurs violentes dans tout le corps. À le voir on pourrait penser qu’il est comme tout le monde. En réalité il est sous pression et en constant contrôle de ses actes. C’est très épuisant à vivre en permanence. Sa compagne dit qu’il peut avoir des comportements irritants passagers très déstabilisants. Elle l’a toujours connu comme cela puisqu’elle a partagé sa vie avec lui après l’accident.
En revanche son intellect est resté intact et très actif. Sa maladie lui a ouvert des attitudes, des perspectives et des visions du monde qu’il n’aurait pas eues sans son accident. Il en devient presque philosophe. Il a vécu deux expériences de mort imminente (E M I). Phénomène souvent déclenché chez ceux qui ont subi des comas artificiels. On quitte son enveloppe corporelle et on le réintègre un peu plus tard après quelques hésitations. On y croit ou pas. Lui dans son discours est très convaincant. Le cerveau n’a toujours pas révélé tous ses mystères. Dans bien des cas il reste incompris. Nous en sommes au B A Ba de la recherche, assure-t-il. Les experts de tout poil, il les a côtoyés durant de longues années dans les hôpitaux. Il en connait un certain nombre. Tout cela a construit un être singulier plein de courage et d’abnégation. Il ne laisse rien transparaitre pour celui qui ne le sait pas. Une force de caractère. Ce ne doit pas être facile à vivre tous les jours pour tous les deux.
Cela ne les empêche pas d’être accueillants et généreux. Ils ont été pleins d’attention pour Cabotte et moi. Un bon moment surprenant, rare et très enrichissant.
Leurs deux enfants étaient à leur image : très présents et joueurs.

 

1 Comment

  1. Heureux de savoir que tout se passe bien. Que d’aventure et de découverttes ! Bises. Yves

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *