Navigation Menu+

Une équipe de pattes folles.

Le 28 Juin 2019 La Cluse et Mijoux.

Journée sans souci. Rien de mémorable. Juste des déambulations en pensées vagabondes et fugaces. Rien de sérieux. Un retour sur soi. Une délectation du temps qui passe.
La mairie m’installe dans le vieux stade.

L’herbe y est haute et l’eau proche. Il fait chaud. J’en profite pour me chauffer comme un lézard au soleil. Farniente. Il fait bon de vivre ainsi. J’apprécie.

Je rencontre des jeunes qui préparent un tournoi de foot pour le lendemain. La bière coule à flots. Ils se connaissent pour certains depuis l’enfance. Ils reviennent souvent au pays le week-end. En semaine chacun a ses occupations. Certains sont étudiants, d’autres travaillent, d’autres on ne sait pas trop. L’ambiance est chaude et débridée. On se lâche de la semaine. On se chambre sans retenue. C’est très sympa. C’est jeune et ça fait du bien à voir. Ils ont de l’énergie à revendre.
Il y avait pêle-mêle: la Patate, Iottuz la Calvitie, Arcade Brisée, Jojo le Nez Bulleux, l’Israélite, Max Welcker. Ces surnoms ont tous une histoire et dans l’ensemble leur vont bien. Enfin chacun semble s’y reconnaître et y trouve son compte. C’est très marrant.
Le soir ils m’invitent à regarder les 8èmes de finale de la coupe du monde féminine France Etats-Unis. Les Françaises se sont battues comme des tigresses mais ont perdu (1 à 2). Elles n’ont pas démérité. Tout le monde est déçu. Ils éteignent la télé avant la fin du match. Ils sont dépités.
Cela ne va pas les empêcher de faire la fête une bonne partie de la nuit. Les jeunes de l’équipe de Vichy sont déjà arrivés. Eux sont aussi venus pour s’amuser à fond les godasses. Ils ont écouté, une bonne partie de la nuit, de la musique en jouant parfois un semblant de foot. Une musique lancinante, redondante, scandée par des « boums, boums » puissants à vous nettoyer par vibrassions les tympans. C’est la musique des jeunes d’aujourd’hui. Ce n’est pas ma tasse de thé. Je respecte. Cela ne m’a empêché de dormir comme un loir. Quoi qu’il advienne je dors toujours bien. C’est dans ma nature.
Le lendemain je croise les jeunes. Certains étaient en veilleuse et les essuie-glaces tournaient en ronronnant péniblement dans le vide. C’était pathétique et amusant. Que la meilleure équipe gagne. Peu importe la prestation sportive. Le plus important est de participer.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *