Navigation Menu+

Un repos forcé.

Les 08, 09, 10, 11 et 12 Avril 2019 Murat-sur-Vèbre.

Nous nous dirigeons vers Murat-sur-Vèbre
Je suis hébergé dans le gite communal. J’installe Cabotte dans un coin de verdure. Je croise une habitante du village et lui explique mon souci. En suivant elle appelle une vétérinaire habitant dans le village qui contacte aussitôt le cabinet de Lacaune : C’est entendu, un vétérinaire viendra en fin d’après-midi. J’étais soulagé. J’allais enfin savoir.
La vétérinaire est une jeune femme très sympa, Charlotte je crois. Elle essaye de tondre la partie touchée. Impossible. J’attache Cabotte au plus court à une rambarde. Elle se rebiffe et rue comme jamais je ne l’ai vue faire. Certes elle avait peur mais surtout mal. La vétérinaire lui administre un sédatif bien carabiné. Aucun effet. Elle décide de la laisser tranquille. Mais elle a pu diagnostiquer une dermite estivale récidivante équine (DERE) très fréquente en cette période. Elle lui injecte un antalgique et un antibiotique spécifique. Elle me prête des ciseaux pour que je puisse le lendemain dégager les poils et mettre à nu la partie atteinte.
Je dois rester sur place pendant au moins cinq jours. Le temps de laisser agir efficacement les produits.

Le lendemain, Cabotte se laissera faire. Je constate alors les dégâts. Ils sont importants mais ne se trouvent pas complètement sous le bât. Une chance.
Elle réagit vite et déjà les résultats ne se sont pas fait attendre. Je nettoie la surface dénudée et désinfecte trois fois par jour. Elle est de mieux en mieux. Le mauvais temps persistant, le propriétaire du terrain me propose de mettre Cabotte à l’abri dans un de ses bâtiments.

Une autre visite est réalisée deux jours après par un autre véto : elle est en bonne voie de guérison. Je repartirai samedi matin.

Durant toute cette semaine, j’ai pu rester au gite communal. Merci à la mairie de Murat. Je n’ai eu qu’une journée de beau temps. Le dernier jour. Dommage, c’est un beau petit village.
Je dois partir et rattraper les jours perdus. J’ai le temps Cabotte a repris du poil de la bête. Je la retrouve enfin telle qu’elle était avant. Enjouée et prête à repartir.


Je remercie, ici, Isabelle la véto du village. Je ne l’ai pas vue une seule fois. Le champ était en face de chez elle. Je sais qu’elle a veillé sur Cabotte…
Vive les vétos de Lacaune. Une bonne équipe soucieuse du bien être des animaux. Un braiement de Cabotte vous est adressé en signe de reconnaissance.

 

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *