Navigation Menu+

Telle était son obsession.

Le 1er Avril 2019 Boissezon.

Rien de particulier à signaler. Difficile de trouver un lieu pour Cabotte et moi. Je me replie vers un gite. Le temps va se gâter sérieusement.
Le soir je rencontre un pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle. Un type sympa. Il doit s’arrêter à Toulouse.
Dans nos discussions enlevées il me parle d’un pèlerin atypique dont la spécialité était de dévergonder les bonnes catholiques rencontrées sur les chemins de Compostelle. C’était un de ses objectifs. Un sacré dragueur ou menteur devant le divin. Un prédateur bien sympathique éveillant, d’après ses dires, la libido enfouie des ces femmes condamnées provisoirement à la jachère. Dieu a de la mémoire vive. Dieu est un voyeur impénitent.
Curieux de cette histoire probable je lui demandais.
– Tout est possible en drague. Combien en avait-il butiné dans son parcours de pèlerin ? Ce n’est pas facile à tenir comme objectif ? Etaient-elles nombreuses à succomber dans ses bras ? Qu’elle stratégie utilisait-il ? C’est un bon celui-là ? Ça fait rêver ? Est-ce un fantasme ? Un mythe ? Une réalité ? Bien des questions.
– Je ne te le dirai pas. C’est trop facile si je te raconte le bouquin. Achète-le tu ne regretteras rien. C’est plein de bonnes choses. Facile à lire. C’est une œuvre singulière dont le titre est : “Comment draguer la catholique sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ?” Un best-seller pour les non initiés. Il ne se souvenait plus de l’auteur. Pourtant il avait lu plusieurs fois le livre. C’est vrai, c’est le contenu qui compte.
J’ai recherché sur internet l’auteur : Etienne Liebig.
À lire avant de s’engager sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle. L’aventure n’est pas qu’une recherche mystique. Les mécréants y abondent en bonne conscience.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *