Navigation Menu+

Sociologique

La victime est issue d’un accident de la vie.

Ce n’est pas un constat occasionnel mais un statut permanent. La victime n’est qu’une plaie ouverte exhibée à la vue de celui ou de celle qui est disposé à la regarder avec une certaine empathie de complaisance. La victime est avant tout le résultat d’une grande injustice sociale. C’est ce qu’elle dit. Elle en est persuadée. Elle fait pitié et l’on a envie de lui porter secours pour l’arracher de son état douloureux. Oui, la victime ne supporte pas les cruelles déconvenues de son inexistence ! Elle souffre le martyre jusqu’à l’affaissement aggravé de son destin.



Les sciences humaines sont à l’image de l’homme : bavardes à l’air libre, imprécises en surface, suggestives en profondeur et inutiles pour les âmes mortes.

 

Noble de consonance

          Un pedigree fort convoité digne d’un caractère bien trempé.

          Un signe du zodiaque énigmatique

          Licencié es chômeur

          Réintégré sénateur, rénovateur d’idées bien ancrées

          Député réputé pour sa xénophobie sur fonds populaire

          Fondateur d’un bordel itinérant de campagne à visée thérapeutique

          Pseudo-militaire d’active empreint de mysticisme

          Coproducteur de confettis

          Promu

          Président Directeur Général

          D’une société multinationale de confettis multicolores

          Ancien sportif, intempestivement recyclé en buveur de pastis.

 

Ah si j’étais une

                              Je serais belle, parfumée

                              Avec des talons hauts et des hauts de forme

                              Je combattrais la constipation

                              Proclamerais l’émancipation

                                                            En ce siècle de gratitude abolissons la servitude.


C’est l’État et l’État sait étatiser ses enfants

                            Sous sa protection ils font leurs premiers pas

             Puis

                                       Un beau jour

                                       Ils repartent en traînant les pieds

                                       Ils sont vieux

                                                                                                                          Ratatinés

                                       Écrasés par le poids de tant d’années de fidélité.


Une tête tombe

                               Celle de mon voisin !

Le Père Un Tel

Monsieur Machin

                               Une tête de lard qui ne disait rien mais n’en pensait pas moins

                               Pas plus que les autres

                               Une gousse d’ail dans le nez

                               Et un bouquet de persil planté dans le coin de la bouche.

                               Ça a de la gueule sur un étal une gueule ainsi apprêtée

                               Celle de mon voisin fait bonne figure.


Il est un homme unique en son genre

                     Se permet de marcher avec arrogance mais sans mépris

                     Le tête droite sans chapeau et sous la pluie

                     Courageux il ne vit que pour se ressembler

                     Pour lui-même sans être pour autant contre les autres !

    Les autres

                                                                                          Sont ceux qui veulent paraître

                                                                                          Se reconnaître.



C’est un grand colloque

                                   Des idées empruntées

                                   Aux uns et aux autres

                                   Transmettent dans l’au-delà on ne sait quelle invention.

                                   Avec un certain relâchement à peine voilé

                                   Des courants d’air errent de-ci de-là…

Un vent de méfiance.

                            Chacun congratule son voisin

    Des politesses se font des courbettes

    Mais l’essentiel demeure

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *