Navigation Menu+

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan.

Lorsque les plantes hurleront de douleur, les herbivores mourront de faim; et le carnivore que je suis, mourra en paix avec sa conscience.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *