Navigation Menu+

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan

Si je devais tourner sept fois la langue dans ma bouche, je resterais à coup sûr muet comme une carpe et amusé de constater que je n’avais rien à dire.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *