Navigation Menu+

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan.

Si j’ai peine à imaginer un infiniment petit dans un espace réduit à mes yeux ;

en revanche,

je n’ai aucun problème à me représenter un univers en expansion

lorsque je cherche vainement à compter les étoiles.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *