Navigation Menu+

“les Bouilleurs de cru”

Le 1er Mai 2019 le Buis (près de Bessèges),
Le 2 Mai 2019 Banne,
Le 3 Mai 2019 au-dessus de Salavas.


Nous nous dirigeons vers Banne. Nous trouvons refuge dans un grand enclos. Les propriétaires connaissaient admirablement les ânes. Nous avons été bien accueillis. Le soir j’ai mangé avec eux un repas simple et très appréciable pour moi. Leur maison était une magnanerie très bien aménagée et fonctionnelle. Une magnanerie est un lieu où l’on élevait des vers à soie. Elle appartenait à son grand père je crois. À quelqu’un de sa famille. À une époque l’élevage du ver à soie avait apporté à la région une richesse économique importante. La maladie et les producteurs étrangers, dont la Chine et le Japon, ont mis fin à cette activité en pays Cévenol. Déjà la mondialisation.
C’étaient deux musiciens, ils jouaient dans un groupe “les Bouilleurs de cru”, distillateurs de rock-folk ardéchois, aujourd’hui dissout. Nous avons échangé nos productions. J’ai un de leur CD et eux un de mes livres.


Sur les hauteurs de Salavas j’ai dû m’arrêter pour la nuit. J’ai rencontré une dame d’un certain âge qui me prévient que les sangliers pullulent dans le coin. À l’écouter je prenais le risque de me faire dépouiller. Elle commençait à me faire peur avec toutes ses histoires de sangliers agresseurs et chercheurs de nourritures faciles. Je n’avais que des sardines à manger et de la semoule de blé. Je ne suis pas sûr qu’ils affectionnent les sardines en boîte.
Je doutais de l’endroit où nous devions nous arrêter. Il était trop tard pour aller plus bas.
Je consulte Cabotte.
– Tu en penses quoi toi de toutes ces histoires à dormir debout toute une nuit ?
– Les sangliers n’attaquent pas les ânes. Je sais me faire respecter. De plus il y a un peu d’herbe par ici. Mets-toi derrière ces deux chênes verts ensuite je me chargerai de te protéger.
Aucun sanglier n’est venu me visiter dans mon sommeil. J’ai bien dormi. Cabotte veillait son Maître en bonne protectrice qu’elle est.
Merci ma Cabotte. Vive ma Cabotte.



Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *