Navigation Menu+

L’art de faire tourner mon maître en bourrique.

Le 24 Juin 2019 Chaux neuve.

Une chaleur torride et pénible. On s’arrête dans le village. Une personne nous informe que l’on peut s’installer aux abords du cimetière. Il y a de l’eau et de l’herbe.

Pendant mon installation, je laisse Cabotte déambuler sur l’espace qui nous est attribué. Je ne m’occupe pas d’elle. Je le fais de temps en temps. Elle se sent plus libre. Je lui fous la paix.
Ce jour-là je ne jette pas de coups d’œil furtifs sur Cabotte pour voir où elle se trouve. En revanche j’entends un braiement strident à vous crever les tympans. Un bruit long et soutenu par des spasmes grandiloquents. Le grand chamboulement sorti droit de ses entrailles. Effrayant quand on a pas l’habitude. Je lève la tête. Plus de Cabotte ! Elle est derrière le muret. Dans le cimetière. Par où est-elle passée. ? Un mystère. Je cours la chercher. Bien sûr je ne trouve pas le licol. Enfin le voilà. Je rentre dans le cimetière. À ma vue Cabotte se met à courir entre les tombes sans ne rien renverser. Encore une chance. Elle se marre comme une dingue. Elle se joue de moi. Me provoque. M’attend et repart. Je lui ordonne de s’arrêter. Elle change d’allée. Je la poursuis en rageant, sans oser l’engueuler de peur d’ameuter les villageois aux aguets. Je l’attrape enfin. Elle me regarde innocemment comme si elle n’avait rien fait. Elle est intelligente. Elle sait à ce moment-là que je ne la tancerai pas. Elle est craquante. Je tombe dans le panneau. Je pardonne. Je lui demande.
– Qu’est-ce qui t’as pris de braire comme une malade ? Tu te fous de moi ? Je n’aime pas ça. Tu le sais. Tu étais dans un cimetière. Ça ne te dérange pas ?
– Calme. Doux. Humour mon bon Maître. Humour il n’y a pas le feu dans la demeure.
– Arrête de me prendre pour un con. Cesse cet humour déplacé. Je hais l’humour de ce genre. Surtout en ce moment précis. Tu m’exaspères au plus haut niveau.
– Cool. Laisse-toi aller. Ris un bon coup. Ô mon bon Maître.
– Ce n’est pas le moment. J’ai du boulot qui m’attend. Ne le vois-tu pas ? Es-tu aveugle ?
Cabotte vexée s’en est allée de ce pas brouter l’herbe des prés. Moi j’ai repris le montage de la tente là où je l’avais laissé. J’étais redevenu calme. Sacré Cabotte. Non je n’ai pas eu d’humour. Maintenant j’en rigole.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *