Navigation Menu+

Ils ont des idées et les concrétisent.

Le 20 Juillet 2019 Uzemain

 

Je me présente devant une ferme en plein chantier.

Il y avait des matériaux entreposés un peu partout. Il y avait beaucoup de travail en cours. J’aperçois Arielle une jeune femme. Elle me demande d’où je viens. Très rapidement elle me propose de rester chez elle ou plus exactement chez eux. Valentin son compagnon est ok.
– C’est le bordel un peu partout. Nous venons d’acheter la ferme. Nous avons comme projet à long terme de faire du maraichage. Nous avons commencé en priorité à retaper la ferme pour que ce soit plus viable et agréable à vivre.


Je m’installe dans la grange. Pas de tente à monter. C’est toujours un boulot en moins à faire. Ce couple est super accueillant. Je me sens à l’aise chez eux.
Ils étaient à table avec des personnes de la famille. Les parents peut-être d’un des deux. Ils étaient à la retraite et s’occupaient à la sauvegarde d’une espèce d’oiseau en voie d’extinction (impossible de me remémorer de quel oiseau il s’agissait) qui nichait surtout dans les cultures céréalières. Leur boulot était de convaincre les paysans de laisser un peu de leur récolte sur le champ pour que les petits puissent survivre. Je dis bien survivre. Tout un travail de repérage des nichées, de protection de la zone identifiée, de suivi de l’évolution des petits, etc. Cela demandait beaucoup de patience et d’observation. C’était passionnant de les écouter.
Je fais les courses au village voisin avec Valentin. Tout en conduisant il me demande.
– Comment fais-tu pour te diriger puisque visiblement tu n’as aucune carte ?
– Je me dépatouille avec l’application I G N et le G P S sur mon téléphone portable. De plus j’ai tracé tout mon itinéraire. Une fonction supplémentaire très intéressante car il est fléché, ce qui facilite la lecture et m’évite de chercher et de me tromper ; surtout lorsque deux G R se croisent. Je sais toujours dans quelle direction je dois aller. Ça facilite la lecture sur un écran réduit à minima. C’est super bien comme aide. Vraiment efficace.
– C’est drôle. C’est mon frère et moi qui avons proposé à l’I G N cette fonction de traçage. Nous avons dû répondre à une sorte d’appel d’offre obligatoire. Notre application était plus élaborée et bien pratique. Nous avons gagné. C’est génial pour nous. Mon frère a toujours de bonnes idées et moi je les mets en place. Nous sommes complémentaires.
– C’est super pour vous.
– Oui. C’est incroyable notre entreprise CIRK WI a pris de l’ampleur. Nous développons le produit afin de l’optimiser et le commercialisons dans de nombreux pays. Nous devons aussi nous diversifier. Nous avons plusieurs employés et un directeur. Je m’occupe entre autres de la gestion du personnel. Ce qui me fait plaisir ; c’est que tu es la première personne que je rencontre qui l’utilise et m’en parle.
– Une improbable coïncidence. Le monde est petit.
Le soir nous mangeons ensemble. Les sujets sont variés et concernent en majorité l’avenir de notre société. Le constat est préoccupant. Un souci pour les prochaines générations. La leur et celle de leurs enfants. La terre est maltraitée, il faut la soigner ; les effets induits de la mondialisation font des ravages un peu partout ; nous sommes trop nombreux ; l’ascenseur social est grippé, la nourriture est de plus en plus chère et de qualité douteuse, etc.
Eux ont décidé de prendre la vie à bras le corps. Ils veulent lui donner du sens. Ils pressentent que notre modèle économique basé sur la consommation à outrance a atteint ses limites. Même la démocratie bat de l’aile… C’est pour dire !
Ils font partie de ces jeunes, à peine la trentaine, la tête bien pleine et structurée qui s’engagent dans des projets de bon sens. Ils recherchent avant tout une qualité de vie et de partage.
Eux leur projet commun est de développer le maraîchage bio sous serres, de cultiver des plantes aromatiques, enfin tout ce qu’il est possible de planter sur leur terrain. Ils sont suffisamment intelligents et lucides pour mener à bien ce projet. Il n’est pas une lubie mais la concrétisation de ce qu’ils s’étaient promis au début de leur rencontre. Ils vont le réaliser et se donnent les moyens (connaissance et technique) pour réussir. Ils sont motivés et pleins d’énergie. Ce sont des bosseurs. En une année de travaux titanesques dans la maison ils ont fait des miracles. C’est un signe.
J’espère qu’en 2020 ils pourront récolter des tomates, salades, piments ; et que sais-je encore ? Je vais terminer mon récit par ce qu’un paysan m’avait dit judicieusement en rigolant avec malice.
– Tu sais moi la famine je ne la crains pas. J’aurai toujours des patates à manger et de bien bonnes dans mon assiette.
C’est tellement vrai. À méditer.

 

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *