Navigation Menu+

Écologique

L’homme libre sème à tout vent

                Des graines d’illusions et des impatiences de saison

En outre

                En fin de raison

                Il crache bon enfant, innocent, des noyaux d’abondance

Attend le lendemain

Un cerisier blanc avec des oiseaux dedans.

  

Il faut aimer la terre

                Par touches homéopathiques en la contemplant juste un instant

                Entre deux occupations dites humaines

Parce que

Si personne ne l’aime

Qui lui reconnaîtra ses talents

                                         Sa beauté

                                                      Sa santé

                                                                 Sa sincérité.

 

Qui pourra alors s’apercevoir de son absence lorsque l’activité vorace

                              Et gargantuesque des omnivores que nous sommes

        Lui aura définitivement dilapidé ses ressources dites naturelles.

 

Les fleurs des arbres fruitiers donnent des fruits à ceux qui savent attendre

       Des fruits

                     Verts pour les plus pressés

                    Mûrs pour les plus patients

                    Goûteux pour ceux qui remercient.

Imaginez

     Un seul instant l’homme immortel !

     Nous serions alors des morts vivants

     Vivant plutôt mal

     Certes en état de grâce mais fossilisés d’arthrose

     Pour les beaux yeux et la curiosité des paléontologues du vivant.

 

Ce n’est pas parce que tu ne connais pas le NOM

              Des poissons de tous les océans

              Des animaux et des plantes de tous les continents

               Que tu ne dois pas te soucier de leur disparition.