Navigation Menu+

Des souvenirs communs

Le 04 Juin 2019 Saint-Genix-sur-Guiers.

 

Nous sommes arrivés très tôt par la route à Saint-Genix-sur-Guiers. J’avais un rendez-vous avec un ami que je n’avais pas vu depuis plus de trente-cinq ans ! Déjà ! Toute une époque. Nous nous étions connus en région Parisienne à Eaubonne dans le Val d’Oise près de la forêt de Montmorency. Nous étions une bande de copains. Un jour nous avons décidé de traverser la Corse du Sud au Nord par le G R 20. Nous avons tous gardé un très bon souvenir de cette randonnée. Certains en ont bavé plus que d’autres. Ça crée du lien d’en baver dans l’effort. En ce qui me concerne je portais la nourriture sur plusieurs jours. Au départ de chaque ravitaillement mon sac pesait plus de 20 kg à vous arracher les épaules. Au début je ployais vers l’avant sous le fardeau et à la fin je courrais comme un lapin le sac vide. Enfin ! presque vide.
« Je porte la bouffe et rien d’autre » avais-je annoncé à tout le monde. J’avais fait le bon choix. Tous s’y retrouvaient. Je pétais, comme on dit, la forme. J’avais peut être 23 ans.

Reprendre contact avec une personne après tant d’années sans nouvelle est une énigme dont on peut espérer le plus heureux dénouement. Mais on peut avoir de mauvaises surprises. Je me pose alors ces fameuses questions. Qu’est-elle devenue ? Est-elle toujours aussi sympa ? Comment a-t-elle vieilli ? A-t-elle des cheveux blancs ou pas du tout ? Combien a-t-elle d’enfants ? Ses défauts perçus se sont-ils accentués dans le temps ? A-t-elle transformé ses désirs en réalité ? Quelle a été sa vie professionnelle ? Est-elle mariée, divorcée ou restée célibataire ? Et bien d’autres questions plus indiscrètes.
Michel, dès qu’il est descendu de la voiture, je l’ai reconnu tout de suite. Globalement toujours le même. Enfin presque. Une silhouette un peu plus étoffée et un début de calvitie bien prononcé. Son regard malicieux et doux est le même ainsi que son sourire permanent quand il vous parle. À ce niveau rien n’a changé. On ne se refait pas avec l’âge. Les années se succèdent; les fondamentaux restent. Seules se creusent les stigmates du temps qui passe sur notre visage. Nous nous sommes rappelés les instants forts avec les copains. La Corse certes (moments héroïques entre nous) mais aussi la Touraine où nous nous échappions de temps en temps pour fuir la région Parisienne. Une tranche de vie à un moment de notre vie. De bons souvenirs de notre jeunesse pleine de promesses.

Le midi nous avons bien mangé et bu modérément à l’Auberge Campagnarde Ailloud. J’y ai campé la nuit, c’était un camping à une époque. Il en restait quelques vestiges. (https://www.auberge-ailloud.fr)

L’après-midi, Michel m’a emmené acheter des sangles. Ces fameuses sangles introuvables. Que nous trouvons enfin.

Le soir, il m’a offert un bon resto et du bon vin encore une fois. Le vin délie les souvenirs les plus enfouis. Des souvenirs si différents. On ne retient pas les mêmes choses. On ne vit pas les mêmes choses. C’était très agréable de s’entretenir avec lui.
Il est reparti dans la soirée. De belles retrouvailles. Nous nous sommes promis de nous revoir. Le fera-t-on ? N’avons-nous pas attendu plus de trente ans pour nous revoir ? Une éternité.

 

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *