Navigation Menu+

Après Jean Ferrat voici Tino Rossi !

Le 02 Avril 2019 Le Rialet.

Après Jean Ferrat voici Tino Rossi !

Nous sommes partis tôt le matin. La météo annonçait de la pluie dans l’après-midi. Je décidais que nous avancerions le plus possible, jusqu’à atteindre un lieu pour nous arrêter. Au bout de quatre heures de marche je commence à chercher un endroit pour la nuit. La pluie est toute proche. Je le sens dans l’humidité de l’air. Une chape lourde de nuages nous menace au-dessus de nos têtes. Je quitte le G R pour m’orienter vers Le Rialet. Je me dirige vers la mairie. Un employé du village nous accueille avec chaleur et me présente à la secrétaire de mairie. Celle-ci embarrassée n’a guère d’idée pour me trouver un endroit.
– Attendez, le maire est en réunion. Je vais lui demander s’il a une idée.
Effectivement la réunion se termine, elle lui expose ma demande. Ils se concertent entre conseillers municipaux et très rapidement me trouvent une solution.
– Nous avons un terrain pour votre ânesse et vous pourrez y poser votre tente. C’est près de l’Auberge du Rialet. De plus mardi l’auberge est ouverte aux gens du village. Ce soir il y aura une soupe.
Je leur propose d’animer la soirée par une lecture de mes propres textes.
– Super ! Ça nous changera des traditionnels jeux de cartes. Ce n’est pas très courant. À ce soir. On vous offrira le repas.
J’installe la tente juste à temps. La pluie commence à tomber et se densifie. Enfin ce soir je serai au sec à l’intérieur de la tente. J’attends le gérant restaurateur de l’auberge. Exceptionnellement il n’est pas ouvert ce midi. Le voilà en début d’après midi. Je lui demande s’il peut me préparer quelque chose de rapide et pas trop compliqué. J’ai droit à une assiette de charcuterie bien garnie, de la salade, du fromage puis un quart de vin rouge.


Il doit s’absenter en milieu d’après-midi. Je peux rester à l’intérieur bien au chaud. Me voilà provisoirement gardien de l’auberge. Je devais simplement surveiller le feu de cheminée et éteindre la soupe à dix-sept heures.
À son retour je l’aide à mettre les tables et poser le couvert pour la soirée.
Après une bonne soupe bien épaisse, des crêpes au sucre, un flanc consistant, le tout arrosé d’un peu de vin et de gnôle du pays ; je dois enfin réaliser ma lecture ! Dur, dur ; les conditions ne sont pas idéales et mes textes ne s’y prêtent guère dans ce contexte. J’ai promis. Je fais. Je m’expose. J’exécute avec plus ou moins de réussite. J’évite les textes compliqués demandant un minimum de concentration pour l’auditoire. Il y avait une quinzaine de personnes. Je tiens près d’une demi-heure bien tassée. Ensuite nous passons aux questions diverses. Une délivrance. Plus d’une heure. Une bonne soirée. Sauf pour celui qui s’est endormi en pleine lecture. Il paraît que c’est très fréquent… chez-lui. Ce n’est pas très rassurant pour moi. Vu les conditions, je peux comprendre. La digestion prend quatre-vingt pour cent de notre énergie et de notre lucidité.
Je passe une bonne nuit sous la tente. Il a plu toute la nuit. Pourtant pas une goutte d’eau sous la tente. Le tapis de sol est sec à l’intérieur mais froid, voire glacial. L’eau n’est pas remontée. Une chance.
J’attends une accalmie avant de défaire la tente. Celle-ci tarde, je démonte la tente sous la pluie et l’enfouis en boule dans le sac. Elle est trempée et nécessite un bon essorage. Espérant une éclaircie je discute avec le restaurateur.
C’est un homme à l’humour caustique et enjoué. Il travaille seul. Fait tout de A à Z, de la cuisine au service. Mais ce matin-là, il me révèle une autre facette de son personnage. Je le vois prendre un micro puis se mettre à chanter sur une bande son. C’était de l’opérette à la Tino Rossi ; une voix puissante, bien posée, maîtrisée, surprenante en ces lieux, par un temps pluvieux et de si bon matin. Un cadeau anachronique de bon augure.
J’apprends ainsi que très souvent il chante pour ses clients. Il est connu dans la région pour ses animations en plus de la restauration. C’est un amateur éclairé et talentueux. Un fan d’opérette. Je n’en suis pas un, mais j’avoue que j’ai été impressionné par sa courte mais convaincante prestation. Une belle et drôle rencontre.

( https://www.tourisme-tarn.com/restauration/lauberge-du-rialet#)

 

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *