Navigation Menu+

Rythmique

Deux points à la ligne

Avec des on et des si

Avec Léon et Lessie

                                       Concis des ronds

Que peut-être qu’avec ou sans

            Des j’aurais dû

            Des j’aurais pu

            Des points d’interrogations

            Des points de suspensions

            Des suggestions sensationnelles

            Aux conspirations obsessionnelles  

                                                                            Je m’ennuie d’envie.

  

Une virgule soupire d’impuissance

                           Tandis qu’un point virgule bien enraciné

                                                          Se redresse en un point d’exclamation outré!

 

Dans ma tête de bois

         Un hors-la-loi

                                                    Le contrepoids d’un petit pois

Tourne

                        Tourne                             

                                                                                    Jusqu’à…

Retourne en arrière je crois

S’arrête parfois

                                        Puis sans que je ne sache pourquoi

Repart avec joie.

                                                                    Hors de mon toit sale petit pois

Ma foi dit le petit pois des fois que tu te prennes pour un roi.

Goutte à goutte

   Un homme sur un banc s’égoutte

                                                   De tout son long

Sans se soucier du temps qui goutte.

Un homme sur un banc égoutte

                                                                 Goutte à goutte son temps.

  

En deux mots

      De la tête aux pieds

                 De coups de tête en jeux de tête

J’enquête de tête.

En moi

                              Un moi étriqué sans queue ni tête.

Un casse-tête

Un homme de tête ne peut s’entêter

                         Se compromettre en de faux mots de tête.

  

Casse tête

                 Je m’exporte d’une main forte

                 J’ouvre une porte et referme l’autre

                 Vaine morte j’avorte.

Dehors la cohorte se réconforte

                                                           Encore une mauvaise porte.

Je m’exhorte vers d’autres portes.

Je m’exporte

Que le vent m’emporte peu importe

Mon âme colporte en quelque sorte

                                Ses branches mortes

        M…ortes

                      ortes…

                                            ortes…                    aortes.

Le conditionnel inconditionnel conditionne l’impersonnel.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *