Navigation Menu+

Les humeurs vagabondes de Cabotte d’Aureilhan.

Les pensées sont comme les fleurs coupées,

une fois séchées, il faut penser à les jeter.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *